fermer
There are several languages available, choose the one that suits you better : EN FR
Recap du Summer Stadium Festival 2018
02 Juillet 2018 - Par vicm24

Ce samedi, avait lieu à Marseille la troisième édition du Summer Stadium Festival au sein du mythique Stade Vélodrome. Une belle programmation à bas coût pour lancer la saison estivale avec comme headliners principaux Steve Angello, Don Diablo et Afrojack. vicm24, présent au vélodrome, nous raconte.


L'an dernier, la seconde édition du Summer Stadium Festival avait été une belle réussite avec une programmation éclectique qui avait vu Dimitri Vegas & Like Mike succéder à Sam Feldt, Jonas Blue ou encore Kungs. Un an plus tard, le festival marseillais a une nouvelle fois su être au rendez-vous pour s'imposer durablement comme l'une des valeurs sûres des festivals français électro avec une superbe programmation encore une fois variée composée d'Afrojack Afrojack, Mozambo, Hugel Hugel, Henri PFR, Lost Frequencies Lost Frequencies, Don Diablo Don Diablo et du membre de la Swedish House Mafia, Steve Angello Steve Angello.

L'organisation





Cette année, trois catégories de tickets étaient proposées à la vente. Le billet "VIP" qui permettait de profiter du festival sur une estrade à gauche de la scène, le billet "clubber" permettant d'accéder à certaines tribunes et le billet "Dancefloor" classique qui donnait accès à l'immense fosse de l'Orange Vélodrome et à la tribune situé en face de la scène. Un billet extrêmement intéressant car seulement au prix de 30 euros, une aubaine pour les amateurs de musique électronique au vu de la programmation.

En ce qui concerne l'accès au stade, aucun problème entre 16 et 18 heures, un accès fluide dû à de nombreuses entrées, peut être également en raison du huitième de finale de l'Equipe de France face à l'Argentine en Coupe du Monde qui avait lieu à cette heure-ci. Un peu plus d'attente par la suite.

Un gros point fort pour les stands de boissons installés un peu partout dans le stade, des points permettant de charger sa carte "cashless" étant présent dans les couloirs du stade. Dans la fosse, d'autres stands proposent bières et boissons softs pour les festivaliers tout autour, à compter entre 6 et 8 euros la pinte de bière. Mais également d'autres proposant de la nourriture tels que des hot-dogs à 5 euros. Au milieu de la fosse, un espace proposait des animations, des tatouages éphémères, ou encore un stand de maquillage. Enfin, un corner merchandising proposait des produits liés au festival (casquettes, t shirts...)

La scène





Cette année, le thème du festival était la jungle, un décor donc assez "chill" et tropicale tout autour de la scène, une scène malheureusement plutôt réduite, située devant un des virages du Vélodrome, et qui, vu l'ampleur du stade aurait pu être bien plus imposante. Certainement un des seuls points décevants de la soirée. Le son lui était de bonne qualité partout dans le stade grâce à de nombreuses barres d'enceintes. Bel effort également sur les visuels et la pyro.

Les sets



Afrojack Afrojack





Après un warm-up composé d'artistes français durant 1h et demi, le festival peut enfin démarrer et très fort, car à la surprise générale, c'est le Néerlandais Afrojack Afrojack, star des plus grandes mainstages mondiales qui lance le show à 17h30. Devant une fosse remplie à peine à moitié, le DJ programmé quelques heures plus tard à l'Electroland à Paris, fait tout de même rapidement jumper les fans d'EDM avec ses titres "Big Room" accompagnés de son MC. Un sublime mashup "Ten Feet Tall", "New Memories", "Don't You Worry Child", son fameux "Hey", mais aussi "Another Life" et son très explosif "Hands Up" en featuring avec Hardwell. 1h30 de très grande qualité.

Mozambo




Curieusement programmé après Afrojack Afrojack, le trio aux influences rock marseillais a étonnamment su maintenir une belle ambiance dans le Vélodrome grâce à un très bon set bien "punchy" et un très intéressant mélange de sonorités deep house et pop/rock avec notamment l'un des membres à la guitare. Un set très estival et rafraîchissant.

Hugel Hugel




Lui aussi régional de l'étape et programmé notamment lors des premières parties de David Guetta durant sa dernière tournée européenne, le Marseillais Hugel Hugel a encore une fois convaincu. Y sont passés son fameux remix de "Bella Ciao" qui cartonne actuellement, ses nombreux titres axés "Tropical House" ou bien encore son remix de "Attention" de Charlie Puth. Un bon ambianceur également avec de nombreuses invectives pour clamer en coeur avec le public sa fierté d'être Marseillais.

Henri PFR




Déjà programmé la veille à l'Electroland, le Belge à la bonne humeur communicative a lui aussi assurer comme à son habitude. Le DJ de 23 ans adepte d'un style à mi-chemin entre l'EDM et la Tropical House a fait bouger un stade se remplissant plus conséquemment avec ses titres "In The Mood", "Flames" ou son dernier son "Catching Butterflies". De nombreuses prises de micro, une dédicace à l'Equipe de France pour sa victoire, puis comme souvent quelques titres de Galantis et un superbe "I Lose Myself" d'Alesso. Il s'impose réellement comme l'un des DJs francophones incontournables.

Lost Frequencies Lost Frequencies



Une publication partagée par Lost Frequencies Lost Frequencies (@lostfrequencies) le


Un Belge peut en cacher un autre. De deux ans son aîné, Lost Frequencies Lost Frequencies a succédé à Henri PFR lors d'un magnifique coucher de soleil. Le renommé DJ de 24 ans a parfaitement récité sa Deep House très mélodique en jouant pas mal de titres version deluxe issus de son album "Less is More". Puis ses morceaux désormais mythiques tels que "Crazy" ou "Are You With Me" ont été repris par tout le stade, avant de faire chavirer la foule avec un remix de "Free From Desire". Toujours très efficace.

Don Diablo Don Diablo



Une publication partagée par Don Diablo Don Diablo (@dondiablo) le


Le boss de la Future House était très attendu au vu des nombreux t-shirts ou drapeaux floqués de son signe Hexagon. Durant 1h30 le Néerlandais de 38 ans a véritablement retourné le public avec son style très percutant. Enchaînant de nombreux titres de son dernier album "Future", il a également enchanté le public avec son titre ressemblant plus à un hymne appelant à l'union "What We Started", son remix de "Kids In Love" de Kygo et en a profité pour faire découvrir au public marseillais une nouvelle ID, le tout entre pyro impressionnante et visuels toujours très rythmés. Le patron du label Hexagon a quitté la scène en rendant une nouvelle fois hommage à Avicii sur "Fade Into Darkness", drapeau français en mains.

Steve Angello Steve Angello



Une publication partagée par Steve Angello Steve Angello (@steveangello) le


C'était la tête d'affiche de ce Summer Stadium Festival. Le légendaire membre de la Swedish House Mafia Steve Angello Steve Angello a répondu présent et même plus. Entré sur une scène mise en place pour son passage, minimaliste et surélevé sur les coups de minuit et demi, le Suédois a entamé son set sur sa fameuse intro très spirituelle "Rejoice" durant une petite dizaine de minutes. Au milieu des flammes, étincelles, jets de Co2 et lights très percutants, le boss du label Size Records a enchaîné ses titres phares à l'image de "Payback", "Paradiso", "Break Me Down", une véritable claque.

@steveangello Just Amazing ➖ #orangevelodrome

Une publication partagée par Orange Vélodrome (@orangevelodrome) le


Il a pour de bon fait basculer le Vélodrome dans la folie et l'émotion à l'entame des titres mythiques de la Swedish House Mafia "Antidote", "Save The World", "Leave the World Behind" et l'inévitable "Don't You Worry Child" sur lequel il a annoncé un possible passage de la SHM à Marseille dans le cadre de leur tournée en 2019. Un set profond, explosif et de très grande qualité conclu sur l'émouvant "Nothing Scares Me Anymore". Magnifique.

Bilan





Pour sa troisième édition, le festival marseillais aura convaincu quasiment sur tous les points. Un cadre sublime, une programmation de grande qualité, des places à prix réduits et des sets de très bonne facture. Seuls bémols, la scène qui aurait pu être plus impressionnante et la timetable où Afrojack Afrojack était programmé bien trop tôt. Mais un très bel effort sur la pyro de la part des organisateurs et un set exceptionnel de Steve Angello Steve Angello qui restera gravé. Le Summer Stadium Festival fait désormais partie sans aucun doute du Top 10 des festivals électro français. Vivement l'année prochaine.


Crédit Photo : Victor Menant
vicm24 Article rédigé par vicm24