fermer
There are several languages available, choose the one that suits you better : EN FR
Compte rendu du World Club Dome 2018
07 Juin 2018 - Par vicm24

Le week end dernier avait lieu à Francfort la sixième édition du World Club Dome. Retour avec vicm24 sur une édition qui a tenu toutes ses promesses, et sur un festival qui s'impose comme l'un des tout meilleurs dans le paysage EDM européen, notamment grâce à un line-up impressionnant.


Inauguré en 2013, le World Club Dome sonne depuis six ans le lancement de la saison estival pour un grand nombre de festivaliers. Ce week end, pas moins de 150 000 spectateurs étaient présents dans l'impressionnante Commerzbank Arena de Francfort, où se tient l'évènement, ainsi qu'autour de l'enceinte où était installé une dizaine de scènes. Martin Garrix Martin Garrix, Axwell Axwell Ingrosso Ingrosso, Nicky Romero Nicky Romero ou bien encore Afrojack étaient au programme d'un line-up éclectique.

L'organisation / le public





Côté organisation, on notera les différentes entrées pour accéder au site, ce qui permet une bonne fluidité selon que l'on arrive en transport en commun, en voiture, ou bien encore via le camping. Après avoir foulé le tapis rouge, spécialement installé pour cette "Hollywood Edition", menant au stade, la première étape consiste à recharger sa carte de paiement, passage nécessaire pour pouvoir acheter à manger, à boire (compter 3 euros pour une bouteille d'eau, environ 5 pour une pinte de bière), ou encore le merchandising du festival très présent.



Pour cela, pas trop de difficultés grâce aux nombreux stand érigés tout autour du stade. Quelques minutes d'attente malgré tout du fait d'une forte affluence. Concernant l'accès au stade, deux types de bracelets étaient mis en vente. Le bracelet classique permettant d'avoir accès aux tribunes et aux deux tiers d'une fosse rapidement surchargée, et le bracelet "Fronstage" qui comme son nom l'indique donne accès à la première partie de la fosse. Un réel avantage pour les personnes en quête d'espace.



70 pays étaient représentés à Francfort, essentiellement des festivaliers européens, proches de l'Allemagne. Mais tout de même au moins 80 % d'Allemands qui n'hésitent pas à donner de la voix et à faire rapidement grimper l'ambiance.

La Mainstage





C'est indéniablement l'un des gros points forts de cette édition 2018. Une scène impressionnante recouvrant presque entièrement la largeur de la Commerzbank Arena. 1200 m2 d'écrans LED, 40 mètres de haut, plus de 1000 lumières, ainsi que 12 lasers, une configuration aux allures de MainStage de l'Ultra, de quoi en prendre plein les yeux de près comme de loin. Un son également très percutant dans quasiment tout le stade.

Les différentes scènes



Hormis l'impressionnante MainStage au coeur du stade occupée toute l'année par le club de football de l'Eintracht Francfort, il était également possible de profiter d'une dizaine d'autres scènes. La Zombie Stage réservée au style "hardcore" le samedi et au "hardstyle" le dimanche avec de grands noms tels que Brennan Heart ou Da Tweekaz, la Skyline Stage, siège de la "Trap" et de la "Deep House" avec des artistes comme Yellow Claw ou Lost Frequencies, mais également la Forest Stage et la Pool Sessions, axées elles plus techno, qui accueillait notamment le régional Kölsch. En plus de celles-ci, d'autres petites scènes étaient installées autour de la Commerzbank Arena, sous les tribunes.



Les artistes / les sets marquants



Le vendredi, seule la MainStage était au programme. Mais déjà du très lourd avec les duos Vini Vici et W&W, parfaits pour chauffer un public déjà en masse dans l'enceinte de 51000 places.

Martin Garrix Martin Garrix


Une publication partagée par Martin Garrix Martin Garrix (@martingarrix) le


Le DJ de 22 ans, programmé en closing du vendredi a assuré un magnifique set d'une heure et demi, faisant certes dans le classique, mais extrêmement efficace en alternant des moments "punchys" à l'image de son titre "Game Over" ou de l'habituel "Animals", avec des moments d'émotions comme sur "Together" ou sur son superbe mashup de "Pizza" et "You Got The Love". Gros point fort : ses visuels de très grande qualité, parfaitement adaptés aux nombreux écrans LED. Une soirée clôturée par la cérémonie d'ouverture du World Club Dome où Avicii a reçu un hommage poignant.

Kayzo / NGHTHMRE / San Holo San Holo





Les trois artistes trap ont, à leur tour, littéralement retourné la Skyline Stage le samedi après-midi avec leurs sets hyper percutants. Une ambiance survoltée côté public sur une scène bondée. Mention spéciale au Néerlandais San Holo San Holo qui a su allier parfaitement gros kicks et mélodies enchantées, accompagné de sa guitare, comme sur son fameux "Light".

Third Party Third Party





Les Britanniques de Third Party Third Party étaient également au rendez-vous ce samedi en début d'après-midi sur la très restreinte Music Club Circle autour du stade. Une petite incohérence par rapport à leur notoriété grandissante. Mais pas besoin d'une grande scène pour les voir enchanter une centaine de personnes sur leur "progressive" très ambianceuse. Des classiques comme "Live Forever", mais aussi de très bons mashup d'Avicii ou de la Swedish House Mafia, et leur nouveau titre "Free".

Dimitri Vegas & Like Mike




Les deux Belges étaient, eux, sans surprise programmés en closing du Day 2, et ils n'ont pas déçus. Connus pour leur aptitude à "retourner" une fosse, les deux frères ont fait vibrer la Commerzbank Arena pendant une heure et demi et en ont profité pour jouer leur nouvelle track avec Wiz Khalifa "When I Grow Up", ainsi que leur très surprenant remix des "Lacs du Connemara" demandant à toute les personnes présentes dans l'enceinte de retirer leur t-shirt. Un habituel "Crowd Control" démentiel histoire de finir le samedi en beauté.

Sam Feldt





Soleil tapant, ciel bleu, 30 degrés. Les conditions étaient parfaitement réunies pour assister le dimanche après-midi au set très "chill" de Sam Feldt sur la Skyline Stage. Arborant une chemise palmiers collant tout à fait avec sa musique estivale, le Néerlandais, orphelin de ses saxophonistes et trompettistes, a malgré tout su rapidement se mettre le public dans la poche avec ses notes tropicales réjouissantes à l'image de "Been a While" ou de son classique "Summer on You". Toujours très efficace et de quoi mettre de bonne humeur pour attaquer ce dernier jour.

Nicky Romero Nicky Romero




Programmé sur la Mainstage entre Nervo et Afrojack, l'un des maîtres de la Progressive a assuré le show en jouant ses meilleures titres. "Novell", "I Could Be The One", son remix de "So Far Away", tout y est passé durant 1h30 avec une superbe énergie et une bonne présence au micro. Mais deux titres ont marqués son set, le fameux "Heaven" interprété par Chris Martin qu'avait produit Avicii avant son décès, le Suédois qui fût un ami très proche de Nicky Romero Nicky Romero, mais également sa nouvelle ID avec le vocal de Sia qui s'annonce d'ores et déjà comme un hymne de la "Progressive".



Axwell Axwell ^ Ingrosso Ingrosso





Comme toujours et encore plus depuis le retour de la Swedish House Mafia, le duo Axwell Axwell ^ Ingrosso Ingrosso était extrêmement attendu. Programmé en closing du festival, les deux Suédois ont fait rêver les 50 000 fans de la Commerzbank Arena pendant 1h15 en jouant leurs titres mythiques : "Don't You Worry Child", "One", "More Than You Know", "Something New", "Reload"...accompagnés par des visuels toujours sobres et percutants, des bâtons clignotants dans tout le stade, et des musiques toutes reprises par un public conquis et frissonnant.

A noter un superbe mashup de "Dreamer" et de "In My Mind" d'Axwell Axwell, et un finish à couper le souffle sur "Sun is Shining". De quoi laisser des souvenirs mémorables aux festivaliers avant la cérémonie de clotûre.

Bilan





Le World Club Dome s'affiche désormais comme une valeur sûre des festivals électroniques de la saison estivale. Un stade monumental, une MainStage impressionnante, un site capable d'accueillir de nombreuses scènes, ou bien encore l'arrivée en helicopter au coeur de l'évènement pour certains artistes, et des billets à un prix raisonnable (aux alentours de 200 euros en Fronstage pour les trois jours). Mais surtout une programmation "High Level" comme l'a encore prouvé cette édition 2018.

Les dates pour l'édition 2019 ont déjà été annoncées : le 7, 8 et 9 juin. Et un tout nouveau format de la WinterEdition sur 3 jours accueillera plus de 100 artistes à l'Esprit-Arena de Düsseldorf les 16,17 et 18 novembre prochains avec comme headliners déjà dévoilés Hardwell, Dimitri Vegas & Like Mike, The Chainsmokers et Marhsmello.


Crédit Photo : World Club Dome / Victor Menant
vicm24 Article rédigé par vicm24